La vie est une Image, mais nous vivons dans un Pixel

Traduction officielle de « Life is a Picture, But You Live in a Pixel » du blog Wait But Why de Tim Urban.

________________

Voici Jack :

Et ça, c’est Aujourd’hui :

Jack et Aujourd’hui sortent ensemble.

Tout se passe bien entre eux, et Jack est plutôt heureux. Mais ça fait déjà un moment que Jack a pris conscience que cet Aujourd’hui n’est pas son âme sœur. Bien sûr, lui et Aujourd’hui passent du bon temps ensemble. Mais bien trop souvent, Jack a le sentiment de sortir avec un Mercredi ordinaire — et ce n’est certainement pas le genre d’Aujourd’hui avec lequel il se projette à long terme.

Comme il sait que leur relation est éphémère, Jack ne se donne pas vraiment à fond, et investit beaucoup d’énergie à penser à quelqu’un d’autre : Demain. Alors là, okay : Demain est typiquement le genre de jour avec qui il voudrait partager sa vie — épanouissant, passionné, plein de sens, enivrant. Il sait que ce n’est qu’une question de temps avant de trouver un Aujourd’hui comme celui-là, le genre d’Aujourd’hui qui sera à ses côtés quand il aura trouvé l’amour, quand sa carrière aura décollé, quand il vivra dans la ville de ses rêves. En ce moment, il l’imagine super bien :

Ce moment viendra, mais Jack a pour l’instant autre chose en tête — il va recevoir une augmentation la semaine prochaine, puis rompre avec l’actuel Aujourd’hui dans la minute qui suit, et se mettre avec un nouveau partenaire : Aujourd’hui Quand J’aurai Touché Mon Augmentation. Oui, bon, on ne parle pas ici d’un Aujourd’hui avec lequel ça vaut le coup de se marier, pour un mec comme Jack, mais c’est vachement plus sympa et stimulant que l’Aujourd’hui très quelconque du moment.

Au lendemain de sa promotion, Jack se réveille et saute partout comme un cabri. C’est un homme neuf, avec un nouvel Aujourd’hui, et il l’aime déjà :

Ce soir-là, il réserve un restaurant qu’il ne pouvait pas se payer la veille, et s’achète un set de clubs de golf flambant neuf le jour qui suit.

Deux semaines plus tard, Jack retourne dans ce resto chic, mais il y a quelque chose de différent. La bouffe est toujours aussi bonne, mais cette fois, c’est pas aussi excitant :

Et, un mois plus tard, alors qu’il se rend au golf pour la quatrième fois avec ses nouveaux clubs, son humeur ne s’en trouve même plus affectée — c’est, de nouveau, juste une journée de golf normale.

Jusqu’à ce qu’un jour, les murs ressemblent exactement à ceux d’autrefois, ceux juste avant l’augmentation.

Jack est perdu. Il a largué son ex Aujourd’hui, alors pourquoi a-t-il soudainement l’impression de ressortir avec ? Il est censé avoir tourné la page.

C’est décevant, mais Jack parvient à en faire abstraction — après tout, cette augmentation, c’est de la gnognotte, et son véritable avenir est en route, donc ce n’est pas bien grave s’il n’est pas si heureux.

Quelques années plus tard, Jack est dans un bon mois. Tout d’abord, après des années de célibat, il rencontre cette fille incroyable et ça colle tout de suite. Elle est très exactement celle qu’il attendait, et après quelques rendez-vous seulement, elle devient sa copine. Juste au même moment, le nouveau business de notation de restaurants de Jack démarré un an plus tôt fait les titres d’un gros journal, et, d’un coup, les affaires décollent. Il savait l’idée prometteuse ; preuve en est faite. Pour Jack, c’est enfin le grand moment.

Et son nouvel Aujourd’hui, Aujourd’hui Quand Ma Boîte Décollera Et Que J’aurai Trouvé Une Copine, est tout ce dont il a toujours rêvé ces dernières années.

C’est la vie que Jack a toujours su qu’il vivrait tôt ou tard — il est comme ça, c’est tout. Et ses Mercredis ne seront plus jamais ordinaires.

Mais quelque chose commence alors à se produire. Après quelques mois, même si les choses se passent bien avec sa copine et que la croissance de son entreprise ne cesse d’accélérer, Jack semble apprécier un peu moins qu’avant tout l’enthousiasme que lui procure son Aujourd’hui, ce qui rend les choses un tout petit peu plus fades. Il est plus occupé que jamais, travaille presque sans interruption, et, bien qu’il soit toujours satisfait de son nouvel Aujourd’hui, son humeur n’est, globalement, plus au top niveau.

Et donc, un an plus tard, en dépit d’une vie plus riche et plus remplie qu’auparavant, Jack s’est totalement habitué à sa situation. Il a aussi vu un ami être catapulté encore plus haut que lui, et se demande ce que ça peut bien lui faire ; et son autre pote semble s’éclater un peu plus avec sa copine que Jack avec la sienne — « ça doit être sympa », se dit-il.

Et un jour, Jack se réveille, et il en est là :

Il n’en revient pas. Qu’est-ce qu’il fout ici ?

Il songe à déposer une ordonnance restrictive contre cet ex qui ne le lâche pas, mais décide finalement de laisser tomber au dernier moment — après tout, c’est pas comme s’il allait se marier avec Aujourd’hui Quand Ma Boîte Décollera Et Que J’aurai Trouvé Une Copine. Le vrai Aujourd’hui pour lequel il se réserve est Aujourd’hui Quand J’aurai Vendu Ma Boîte Et Épousé Ma Copine, et c’est l’Aujourd’hui avec lequel il sera véritablement heureux.

* * *

Le combat de Jack n’a rien d’exceptionnel — la plupart d’entre nous le livrent d’une manière ou d’une autre. Dans son incroyable TED Talk, le professeur d’Harvard Dan Gilbert décrit ce qu’il appelle Le Biais d’Impact — notre « tendance à surestimer l’impact hédonique d’événements futurs ». Le cerveau de l’Homme a la capacité de simuler des situations futures pour anticiper le vécu de ces expériences, mais ce simulateur ne marche pas si bien que ça, et tend « à vous faire croire que la différence entre différents résultats est plus significative qu’elle ne l’est en réalité ».

Gilbert explique que « selon des études de terrain et de laboratoire, on constate que gagner ou perdre une élection, séduire ou se séparer d’un amant, décrocher ou non une promotion, réussir ou échouer à un examen, et ainsi de suite, a un impact, une intensité, et une durée très inférieures que ce à quoi l’on s’attend ». Cela s’applique même aux événements tragiques survenus dans nos vies. D’après Gilbert, « une étude récente démontrant comment de graves traumatismes de vie affectent les gens suggère que ceux datant de plus de trois mois, à quelques exceptions près, n’ont absolument aucun impact sur votre bonheur ». Jack est clairement une victime du Biais d’Impact.

Par ailleurs, les problèmes de Jack sont liés à la Théorie du Pixel, une expression inventée par Tim Urban durant son fameux TED Talk « tout seul dans son appartement face au miroir ».

Jack voit sa vie comme une peinture éclectique dépeignant un genre d’épopée, et suppose que la clé du bonheur se trouve dans les éléments principaux de l’image.

Mais il se méprend : Jack ne vit pas au milieu d’amples coups de pinceaux : il vit, à tout instant, à l’intérieur d’un unique pixel de l’image — un simple Aujourd’hui.

Ainsi, pendant que des milliers d’Aujourd’hui de Jack commenceront à ressembler, pour un observateur extérieur, à une image dans sa globalité, Jack passe chaque moment de sa réalité dans l’un ou l’autre des imperceptibles pixels Aujourd’hui. L’erreur de Jack est de rejeter son Mercredi ordinaire et de se concentrer entièrement sur la vue d’ensemble, quand, en réalité,  le banal Mercredi est l’expérience de sa vraie vie.

Et son hypothèse que ses futurs Aujourd’hui seront aussi riches et exaltants que le tableau d’ensemble de sa vie est une mauvaise compréhension de la nature insignifiante d’un pixel, peu importe à quoi peut bien ressembler une vie dans les grandes lignes. Cette supposition amène Jack à penser que cet Aujourd’hui sans saveur ne doit être qu’une regrettable relation temporaire, lorsqu’en réalité, il doit inéluctablement se résoudre à embrasser la mariée dans le but de trouver le bonheur.

Pour ce qui est de ce qui rendra vraiment Jack plus heureux tandis qu’il vit dans son Mercredi ordinaire, on peut relever un certain nombre de trucs scientifiquement prouvés, comme passer du temps avec les gens que vous aimez, bien dormir, faire du sport, faire des choses pour lesquelles vous êtes bon(ne)s, et prendre soin des autres.

Mais peut-être que la première chose à faire pour Jack est d’apprendre à éprouver plus de reconnaissance, une autre route du bonheur scientifiquement reconnue sur laquelle notre pauvre diable ne semble pas s’être aventuré bien souvent. Jack passe tellement de temps à lever les yeux vers toutes ces belles choses qui jalonnent sa route et à planifier son bonheur à venir, et tellement peu à garder les pieds sur terre — à se remémorer à quel point il brûlait de désir pour tellement de choses qu’il a déjà aujourd’hui.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *