Le Cerveau Américain

Traduction officielle du Chapitre 6 de la série « The Story of Us » du blog Wait But Why par Tim Urban.

Ceci est le Chapitre 6 d’une série. Si vous découvrez la série, visitez la page d’accueil de celle-ci pour une table des matières complète.

Chapitre 6 : Le Cerveau Américain

Dans le Chapitre 5, nous avons fait connaissance de nouveaux jouets : le Spectre des Idées, la Pile des Pensées et la Courbe de Discours. Maintenant, il est temps de jouer avec.

Nous avons conclu le chapitre avec une myriade de questionnements :

Mais comment des millions de citoyens, qui ont des opinions très diverses, souvent en furieux conflit les uns avec les autres, fonctionnent-ils en pratique comme un seul cerveau ? Comment le cerveau forme-t-il des opinions ? Comment apprend-il de nouvelles choses ? Comment prend-il des décisions concrètes et comment change-t-il d’avis ?

Le grand cerveau américain pense en utilisant le même système qu’il emploie pour distribuer les ressources et élire les dirigeants : les Jeux de Valeur. Le Premier Amendement, en plus d’offrir une liberté essentielle, ouvre un tout nouveau terrain de jeu concurrentiel :

Le Marché des Idées

Il est bien connu que le marché économique est une histoire d’offre et de demande – une offre de produits et de services satisfaisant la demande pour toutes sortes de choses, comme les maisons, les voitures, les aliments et la santé. Ces deux composantes réagissent et s’influencent mutuellement. La demande stimule l’offre alors que l’offre se bouscule pour la satisfaire, et les fournisseurs tentent de manipuler la demande pour l’orienter vers ce qu’ils fournissent.

Nous ne faisons pas forcément le rapprochement, mais le « Marketplace of Ideas », ou Marché des Idées (MDI), fonctionne de la même façon. La demande pour tout, de la connaissance à la sagesse, du leadership au divertissement, à la catharsis émotionnelle, est satisfaite par une offre infinie d’expression humaine. Mais il n’y a pas vraiment de façon établie d’analyser le MDI comme c’est le cas en économie, alors nous allons concevoir notre propre façon de le faire, en utilisant le nouveau langage que nous sommes en train de concocter.

Dans sa forme la plus élémentaire, le MDI est un marché de l’attention, où l’attention est la devise clef, plutôt que l’argent.

La demande économique est générée par les préférences des consommateurs ; la demande dans le MDI est fonction des préférences de l’auditeur. L’auditeur est le consommateur des idées exprimées – et, de la même façon que les consommateurs économiques ont peu d’argent à dépenser, les consommateurs d’idées ont peu de temps à consacrer à l’écoute.

L’offre économique est constituée de produits et de services, et les fournisseurs économiques sont des vendeurs ; dans le MDI, l’offre est constituée d’idées, fournies par des orateurs (« orateurs », dans ce cas, signifie toute personne exerçant une forme quelconque d’expression : parole, écriture, art, etc.)

Le MDI, ce sont des Soi Extérieurs agissant en fournisseurs qui vendent des idées, via leur expression, à des Soi Intérieurs à l’écoute, alors consommateurs. La Courbe de Discours est donc la courbe d’approvisionnement du MDI. Et parce que les gens ont tendance à s’intéresser à l’écoute de personnes qui partagent les mêmes idées, le haut de la Pile des Pensées peut servir de substitut décent pour une courbe de demande du MDI.

Le Premier Amendement interdisant les restrictions à l’expression, les personnes cherchant à attirer l’attention peuvent profiter de tout ce dont la Pile des Pensées est constituée. Les points de vue les plus populaires sur chaque sujet atteignent les plus hautes plateformes – médias nationaux, politique nationale, pop art – tandis que l’offre de points de vue moins courants trouve sa place auprès des plus petits mégaphones, comme la radio locale ou, aujourd’hui, des sites web populaires ou des chaînes YouTube. Même les points de vue marginaux partagés par une petite minorité d’auditeurs sont présents via des forums Internet marginaux ou certains créneaux de podcasts. Lorsque le MDI est à l’équilibre sur un sujet où l’offre et la demande convergent, la Courbe du Discours vient épouser le haut de la Pile des Pensées :

La Boîte Bleue « Mais attends y’a plein d’exemples où ça ne se passe pas comme ça ! »

Vous avez raison. En réalité, le MDI est loin d’être un marché parfait, prodiguant à de nombreux sujets une apparence très différente d’une cloche parfaitement lisse.
Certains sujets ont une répartition de partisans plus égale dans le Spectre des Idées. 

Alors qu’avec d’autres, presque tout le monde est d’accord.

Lorsqu’un sujet se transforme en un clivage distinct, il y aura beaucoup de gens regroupés dans des camps.

Et parfois, en dépit du Premier Amendement, beaucoup de gens ne disent pas ce qu’ils pensent d’un certain sujet – créant des écarts semblables à ce que l’on retrouve dans les Jeux de Pouvoir entre la Pile des Pensée et la Courbe de Discours comme nous l’avons vu avec Hypothetica.

Les deux derniers exemples se produisent lorsque le marché est affecté par une force externe – la plupart du temps, un mouvement culturel. Ces types d’externalités du marché seront un sujet central plus tard dans cette série. Mais avant d’aborder ce sujet, nous devons bien comprendre le fonctionnement du MDI lorsqu’il fonctionne bien. Pour l’instant, nous allons donc s’attarder sur des courbes en cloche bien propres, simplifiées et parfaitement alignées, afin de comprendre les concepts de base qu’elles représentent.

Fenêtre de Pertinence

Techniquement, de nombreux spectres de pensée peuvent se poursuivre sans fin dans les deux sens.

Mais le MDI possède un filtre naturel pour maintenir les discussions dans une fourchette qu’il considère raisonnable – ce que nous pouvons appeler une fenêtre de pertinence. La fenêtre de pertinence est un concept dont nous avons discuté dans Hypothetica – la portion du Spectre des Idées où la demande des auditeurs est suffisamment élevée pour soutenir l’attention sur une tribune de cette taille.

Pour un orateur qui veut gagner ou maintenir une attention soutenue sur une plateforme de taille donnée, c’est comme si la Pile des Pensées était remplie d’eau jusqu’à ce niveau.

Si l’orateur exprime trop de points de vue en dehors de la fenêtre de pertinence, le niveau d’intérêt diminue, les « noyant » hors de la pertinence à ce niveau.

Les entreprises sur le marché économique pensent tout le temps à ce genre de « niveau de la mer ». Si quelqu’un veut bâtir une entreprise avec un chiffre d’affaire de l’ordre du milliard de dollars, il doit pouvoir être en mesure d’offrir un produit ou un service que des millions de personnes veulent – comme, par exemple, un jean.

Mais si cette société décide d’arrêter de fabriquer des jeans et de commencer à vendre des kilts irlandais à la place, elle n’aura plus une demande suffisante pour maintenir son chiffre d’affaire au dessus du milliard de dollars, et elle coulera. Pour survivre dans ce nouveau créneau, ils devront accepter de réduire leur taille et devenir une entreprise beaucoup plus petite, faisant affaire à une échelle inférieure.

De même, un orateur sur une plateforme élevée avec une audience grand public peut tenter de se concentrer sur des idées plus extrêmes ou obscures, mais il sera probablement déclassé par le marché vers une plateforme avec un niveau de « mer » plus bas.

A un niveau inférieur, la fenêtre de pertinence viable est large – c’est pourquoi vous pouvez trouver des petits podcasts et des chaînes YouTube et des blogs et sous-reddits se concentrant sur presque tous les sujets ou promouvant presque tous les points de vue que vous pouvez imaginer.

Mais le MDI leur impose un faible plafond d’attention. C’est pourquoi quelqu’un qui a besoin d’une scène gigantesque et d’une large approbation pour rester à flot, comme une grande entreprise, s’en tiendra généralement à l’expression la moins controversée possible.

La forme typique de la courbe en cloche signifie qu’en tant qu’orateur, vous pouvez exprimer des points de vue très borderline ou vous pouvez être exposé plein phare sur une plate-forme d’attention très élevée – mais vous ne pouvez généralement pas faire les deux.1

Ce concept s’applique également à la politique. Pour gagner les élections nationales, les politiciens doivent faire appel à une partie considérable de l’ensemble de la Pile des Pensées nationale, les laissant patauger à un niveau assez élevé de la mer.2

Le niveau politique de la mer fixe les limites de la fenêtre de pertinence de la politique nationale, qui a, en fait, un nom en science politique : la fenêtre d’Overton.

La fenêtre d’Overton est un terme nouveau – ainsi nommé durant la dernière décennie en l’honneur du défunt politologue Joseph Overton – mais c’est un concept aussi vieux que la démocratie elle-même : pour toute question politique à un moment donné, il y a un éventail d’idées que le public trouvera politiquement correct. Les positions qui se situent en dehors de cette fourchette seront considérées par la plupart des électeurs comme trop radicales, trop arriérées ou trop controversées pour être occupées par un candidat politique sérieux, et le fait d’occuper ces positions rendra un candidat inéligible.

Aux États-Unis, les politiciens aux ambitions présidentielles qui s’aventurent hors de cette fenêtre ne plairont pas à un nombre suffisant d’électeurs pour prétendre se présenter à une élection – ils se noieront.

Mais comme le marché de l’attention, le marché politique s’étend sur des niveaux verticaux.

Si vous vous présentez à un siège au congrès américain dans le Bronx ou à Amarillo, au Texas, votre électorat forme une Piles des Pensées beaucoup plus petite qui se situe en dehors du centre du Spectre des Idées.

Vous devez encore convaincre un grand pourcentage de cette circonscription – vous avez donc encore affaire à une fenêtre de pertinence critique vers le sommet de votre Pile des Pensées – mais cette fenêtre autorise, et parfois exige, des opinions bien moins dominantes qu’à l’échelle nationale.

Dans une dictature totalitaire, le pouvoir s’exerce du haut vers le bas. Les leaders ne sont pas redevables à une quelconque fenêtre de pertinence – ils vont donc où ils veulent dans le spectre d’idées. Mais une démocratie fonctionne dans la direction opposée – de la base vers le sommet – car les dirigeants sont obligés d’être là où la Pile des Pensées veut qu’ils soient.

Un exemple amusant est celui de la politique sur le mariage homosexuel en 2008. Selon les sondages d’opinion réalisés en 2008 sur le sujet au Texas et à New York, les Piles des Pensées du Bronx et d’Amarillo ressemblaient à peu près à ça :

Il n’est donc pas surprenant que Mac Thornberry, qui se présentait au congrès dans le 13e district du Texas, était contre, alors que Charles Rangel, qui se présentait au congrès dans le 15ème district de New York, y était favorable.

La même année, des sondages ont montré que les Piles de Pensées des deux partis nationaux ressemblaient à ceci :

Il n’est donc pas surprenant que tous les candidats à l’élection primaire républicaine de 2008 – McCain, Romney, Huckabee, etc. – aient adopté une position contre le mariage homosexuel.

Mais qu’en est-il des deux têtes de liste des primaires du parti démocrate : Obama et Clinton ?

La Pile des Pensées démocratique laisse supposer qu’ils avaient la liberté de choisir leur position sur le mariage homosexuel. Mais les candidats aux primaires ont en tête deux « Piles des Pensées » – celle de leur parti, et celle du pays tout entier – car après les primaires, ils devront aussi gagner l’élection nationale.

Et la Pile des Pensées nationale en 2008 ressemblait plus à ça :

La nécessité de gagner à la fois les élections primaires et générales signifie que les politiciens sont en fait contraint à une fenêtre encore plus petite – l’intersection entre la fenêtre de pertinence de leur parti, et la fenêtre nationale d’Overton. Allez trop loin vers le centre, et vous vous noyez durant l’élection primaire ; éloignez-vous trop du centre, et vous vous noyez durant l’élection générale.

Dans le portrait du MDI de 2008, la position pro-mariage gay n’était pas encore dans la fenêtre d’Overton – c’est pourquoi vous avez entendu Obama et Clinton dire ceci :1

Avec tout ça en tête, revenons en arrière une seconde.

Ce dont nous avons discuté jusqu’à présent est un aperçu de base du Marché des Idées – une image de ce à quoi ressemble le marché à un instant t. En réalité, il y a plein d’autres choses qui se passent dans le MDI, comme le tribalisme, la vertu ostentatoire, la manipulation des médias, le gourdin du tabou culturel, et tout un tas d’autres choses sympa digne d’une descente en enfer dans lequel nous allons nous engouffrer ensemble plus tard dans la série. Mais, gardons les choses simples pour l’instant, et les concepts de base de Pile des Pensées et Courbe de Discours (sans oublier les fenêtres de pertinence et plafonds d’attention que leurs formes engendrent), qui sont un bon point de départ.

Pour la plupart d’entre nous, l’aperçu du marché est une feuille de route intuitive. Sans nous rendre compte que nous suivons une feuille de route précise, nous sommes tous instinctivement conscients de l’offre et de la demande du marché, de ses domaines de pertinence et de ses limites infranchissables – et nous utilisons cette intuition pour nous orienter dans la société. Chaque sous-culture, chaque culture d’entreprise, chaque mariage ou groupe d’amis est son propre petit MDI avec toutes ces composantes en place, et la plupart des gens respectent étroitement les diverses lignes et courbes – parce que les courbes du marché d’une culture sont une carte routière de popularité, et sortir des sentiers battus est souvent une route vers l’ostracisme. Les comédiens et les écrivains, les podcasteurs, les artistes et les entrepreneurs ont tous à l’esprit la forme des courbes du marché de leur public cible – car c’est une feuille de route pour acquérir l’attention et le respect précieux nécessaires au succès. Les politiciens ont des équipes entières qui travaillent jour et nuit pour connaître les dimensions des marchés d’idées de leur parti et du pays, parce que pour eux, c’est un manuel d’instructions pour la survie de leur carrière.

Et si c’est ce que vous voulez – la popularité, l’attention, la survie – alors il est logique d’utiliser les courbes actuelles du marché comme lignes directrices.

Mais si vous en vouliez plus ?

Se conformer à la forme actuelle du MDI est un exercice qui consiste à imiter le statu quo. C’est prendre ce que le cerveau de la société pense déjà et se jeter dans le flux pour essayer d’obtenir une part d’actions. C’est être un chef.

Faire de votre mieux pour répondre à la demande existante d’idées, c’est faire de votre mieux pour prêcher aux convertis – faire monter votre voix sur le marché sur une colonne verticale d’attention en prêchant un peu mieux que les autres prédicateurs – en offrant une version un peu plus croquante de la même carotte qu’ils mangent déjà.

Il n’y a rien de mal à faire tout ça. Mais ce n’est pas du leadership.

Le leadership est, par définition, le fait d’éloigner les gens de l’endroit où ils se trouvent déjà. En prêchant des convertis, vous ne menez personne nulle part.

Lorsque vous avez le nez dans le guidon, les marchés sont des mécanismes de distribution qui allouent des ressources limitées et convoitées comme la richesse ou l’attention. Mais on se souvient alors de ce qui est cool à propos des marchés : lorsqu’un marché fonctionne bien, l’effet cumulatif de toute l’activité est un pas de géant vers l’avant.

Quand on prend du recul et qu’on regarde la situation dans son ensemble, le marché économique est une machine de progrès. Lorsque vous appliquez l’axe du temps à l’économie, vous voyez que chaque aperçu du marché est, en terme de progrès, un tout petit pas d’un bond en avant concernant la technologie, l’innovation, l’efficacité, ou la prospérité.

Au fil du temps, le MDI génère sa propre montée en flèche d’un gigantesque progrès : la croissance de la connaissance et de la sagesse. Lorsqu’un pays peut penser par lui-même, il devient à la fois plus intelligent et plus mature en vieillissant.

Chaque personne qui se fait concurrence sur le marché économique contribue, dans une certaine mesure, à la grande flèche du progrès. Mais les chefs – ceux qui poussent le courant dominant hors de leur zone de confort – sont les principaux moteurs du changement. Les entrepreneurs qui, au lieu de construire un meilleur hôtel, conçoivent Airbnb. Les magnats de la technologie qui, au lieu de construire un meilleur téléphone à clapet, développent l’iPhone. Les employés qui remettent en question les us et coutumes de l’entreprise au lieu de courber l’échine en face d’elle.

De même, si vous voulez faire plus que prêcher à des convertis dans le MDI – si vous voulez aider à faire avancer la connaissance ou la sagesse – vous devrez bondir du marché de l’attention bénigne vers le marché de l’influence brutale. Il faut se retrousser les manches et aller chercher le genre de public beaucoup moins agréable et beaucoup moins disposé – le public qui n’est pas d’accord avec vous – et lui dire des choses qu’il n’aime pas entendre.

Il faut faire quelque chose de mille fois plus difficile que de confirmer les croyances des gens et de valider leur identité – il faut les faire changer d’avis.

Révolution Mentale

À tout moment, il y a un un large éventail de ce que les gens d’un MDI croient être vrai ou censé. Mais les idées qui ont le plus de pouvoir seront celles qui sont détenues par le plus de gens – les idées grand public.

En général, les idées grand public constituent ce qui sera enseigné dans les écoles, ce qui apparaîtra le plus souvent dans l’art, ce qui dictera les normes culturelles générales et ce qui limitera les positions des politiciens nationaux. Même si de nombreux citoyens individuels ne seront pas d’accord avec elles, les idées au sommet de la Pile des Pensées sont ce que le grand cerveau commun « pense » à un moment donné.

Pour apporter un changement réel et significatif dans un pays, il faut changer l’esprit du grand cerveau.

La cigarette moderne a été inventée dans les années 1880 et a explosé en popularité aux États-Unis dans la première moitié du XXème siècle. Les Américains sont passés d’une moyenne de 50 cigarettes par adulte et par an en 1880 à plus de 2 000 au milieu des années 1940.2

Tout au long de ces décennies, les Américains étaient d’avis que le tabagisme était une habitude relativement inoffensive.

Le cerveau américain commun croyait que le tabagisme était inoffensif, et tout le reste se rangeait derrière dans cette croyance. Les publicités présentant la cigarette sous un halo lumineux et salutaire étaient partout. La cigarette était culturellement cool et communément associée aux stars de cinéma et autres icônes. Vous pouviez vous en griller une dans les avions, les restaurants, les bureaux, les hôpitaux et la plupart des autres endroits. Là où va le gros cerveau, tout le reste suit.

Mais il y eut alors une autre idée plus controversée :

Ce point de vue est né au début du siècle, lorsque des recherches ont commencé à apparaître, établissant un lien entre le tabagisme et toutes sortes de problèmes de santé.

Les gens qui en étaient venus à croire que fumer était dangereux ont commencé à en parler.

Prêcher aux personnes déjà convaincues est généralement bien accueilli, rencontrant une réaction d’amour ou d’approbation. Lorsque votre mission est de faire en sorte que les gens se sentent à l’aise par rapport à ce qu’ils croient déjà, le MDI est habituellement un endroit agréable et convivial.

Mais lorsque vous inclinez l’angle de ce mégaphone vers les personnes qui ne sont pas d’accord avec vous, le MDI devient une épreuve.

L’épreuve du MDI est particulièrement périlleuse pour les idées qui ne sont pas dans le courant dominant. Les gens n’aiment pas que leurs croyances soient remises en question ou que leurs habitudes préférées soient dénigrées. Les entreprises qui profitent du statu quo n’aiment vraiment pas les points de vue dissidents. Les nouvelles idées antitabac ont donc été attaquées de toutes parts.

La plupart des prétentions à la vérité qui visent à réfuter la perception dominante de la réalité s’avèrent fausses – et leur mise à l’épreuve du MDI est très efficace pour exposer leur fausseté. Parfois, une fausse idée peut être lancée pendant un certain temps, mais plus elle est adoptée par un grand nombre de personnes, plus le MDI s’en prend violemment à elle. Lorsque de fausses prétentions à la vérité se heurtent aux critiques d’un marché libre, le marché gagne presque toujours. En définitive, le marché expose si clairement mensonges et falsifications que tous les fanatiques, sauf les plus têtus, cessent d’y croire.

Mais la mise à l’épreuve fournit un second service. Au milieu de ces bottes de foin de fausses revendications résident des aiguilles de vérité, éparpillées. La mise à l’épreuve, agissant égoïstement, attaque toutes les prétentions à la vérité – foin comme aiguille. Lorsqu’il attaque le foin, il expose l’assertion comme du foin. Mais quand il attaque une aiguille, celle-ci résiste. Plus l’aiguille de la vérité résiste aux attaques de l’épreuve, plus les gens commencent à adopter le point de vue comme le leur. Après suffisamment d’attaques par la mise à l’épreuve, une aiguille encore debout devient une vérité. Sans aucune bonne volonté intentionnelle, la même épreuve qui expose les mensonges expose aussi la vérité. Cette double action fait du côté le plus infernal du MDI – l’épreuve implacable – un outil efficace de recherche de la vérité qui passe au crible le foin et identifie les aiguilles.

La mise à l’épreuve a donc scandé haut et fort que « la cigarette cause le cancer », le martelant sous tous les angles possibles, essayant de l’exposer comme (ou du moins de le présenter comme) un brin de foin de baratin alarmiste.

Et pendant un certain temps, les attaques ont été efficaces. Quarante ans après l’apparition des premières preuves d’un lien entre le tabagisme et le cancer, une enquête Gallup de 1954 a révélé que 60% des Américains ont répondu « Non » ou « Incertain » à la question « Le tabagisme cause-t-il le cancer du poumon ? » Et en 1953, 47% des Américains fumaient des cigarettes – et parmi eux, la moitié de l’ensemble des médecins.3

Mais l’épreuve du MDI ne peut pas retenir une aiguille de vérité aussi longtemps, et les revendications antitabac ne se sont pas évaporées – elles n’ont fait qu’augmenter.

En 1964, l’Administrateur de la Santé Publique des États-Unis a publié pour la première fois un rapport public sur le tabagisme, dans lequel il en soulignait les effets néfastes. Alors que de plus en plus de preuves s’accumulaient sur les dommages collatéraux provoqués par la fumée, de plus en plus de gens sur le marché ont commencé à protester contre la légalisation de la cigarette dans les lieux publics confinés. Les parents dont l’opinion sur la cigarette avait changé étaient plus susceptibles d’interdire à leurs enfants de fumer. La culture a commencé à se retourner contre le tabagisme, ce qui a fait baisser la prévalence de la cigarette dans les émissions de télévision. Les politiciens, remarquant le changement de l’opinion publique, ont commencé à interdire les publicités pour les cigarettes, à exiger que les compagnies de cigarettes affichent des avertissements sur leurs étiquettes et à interdire de fumer dans les espaces clos comme les restaurants et les avions, rendant ainsi l’habitude de fumer de plus en plus incommode.

Alors que la réponse du grand cerveau américain à la question « Fumer cause-t-il le cancer du poumon ? » est passée de « Non » à « Oui »4

— le pourcentage d’Américains qui fument est passé de 47 % en 1953 à 14 % en 2017.5

L’histoire de la cigarette est l’histoire du MDI qui fait son boulot. C’est l’histoire d’une aiguille de vérité qui s’élève d’une botte de foin en marge de la conscience du grand cerveau et qui se fraye un chemin à travers un barrage d’attaques et d’une mise à l’épreuve qui dure depuis un siècle, jusqu’à ce qu’elle ait conquis la montagne de la Pile des Pensées et soit devenue le point de vue dominant du statu quo.

Le point de vue « fumer cause le cancer » n’a pas conquis la Pile de Pensées en la grimpant, mais plutôt en tirant la Pile des Pensées là où le point de vue avait toujours été, le long d’un Spectre des Idées qui lui-même n’a jamais changé – et, ce faisant, en éloignant la Pile des Pensées du point de vue « fumer, c’est bien ».

Et comme l’aiguille « fumer provoque le cancer » a incité la Pile des Pensées à la faire glisser dans sa direction le long du Spectre des Idées, la Pile des Pensées a entraîné tout le reste avec elle : la culture, la politique, les lois et le comportement. Tout cela s’est produit contre la force énorme de la lutte pour la survie d’une grande industrie – parce que la petite aiguille avait la vérité de son côté, et dans un MDI libre, la vérité l’emporte.

Pour les raisons que nous avons évoquées dans la Partie 1, on est une espèce pas super douée pour la vérité. Nous sommes faits pour croire à de confortables illusions – pas pour être précis. Le MDI n’est donc, de fait, pas seulement une façon pour un grand groupe d’individus de travailler ensemble pour trouver la vérité, c’est la seule façon pour eux de le faire. Comme le souligne l’auteur Jonathan Rauch, quand quelqu’un comme Einstein déclare sa théorie de la relativité générale, il n’y a littéralement aucun moyen de savoir si c’est un génie ou un grand malade, jusqu’à ce que le « réseau mondial d’assesseurs », comme le dit Rauch, attaque la théorie sous tous les angles, en cherchant des trous, et échoue continuellement.

La petite Lulu de la Partie 1 a fait de son mieux, en utilisant sa propre expérience de vie et sa propre raison, pour transformer son esprit en un filtre de vérité concernant ce buisson de baies. Le MDI réalise le processus de Lulu à l’échelle industrielle, dans lequel toutes les idées fausses et les motivations contradictoires se rejoignent dans un grand affrontement, et dans les décombres, la vérité reste debout.

Le même marché qui rend son cerveau commun plus instruit le rend aussi plus sage.

En 1959, 96% des Américains désapprouvaient le mariage interracial.6 Les 4% qui l’approuvaient étaient en marge :

Juste à côté de la perception du cerveau américain de ce qui est factuellement bon et mauvais se trouve sa perception de ce qui est moralement bon et mauvais. La connaissance et la sagesse sont toutes deux des œuvres en constante évolution, et dans les deux cas, l’impitoyable mise à l’épreuve du MDI est le mécanisme qui entraîne ce changement.

Dans le cas du point de vue du cerveau américain sur le mariage interracial, les choses ont changé très rapidement, du moins selon les normes sociologiques. En 2013, seulement 54 ans après que 96% des Américains aient désapprouvé le mariage interracial, ce pourcentage était tombé à 13 %. Un demi-tour complet.

Si les affirmations marginales sur la vérité sont un tas de foin insensé avec quelques aiguilles de vérité à l’intérieur, les affirmations marginales concernant la morale sont un tas de bouse d’éléphants parsemé de quelques diamants de sagesse. La plupart de ce que les minorités marginales d’opinions ont à dire sera toujours faux, parce qu’elles sont encombrées par les moins savants et les moins sages d’entre nous. Mais dans cette foule, il y a souvent aussi les personnes les plus sages.

En 1958, presque toutes les personnes raisonnables aux États-Unis pensaient que le mariage interracial était une chose immorale. Aujourd’hui, nous voyons cela comme un échec de la sagesse. Les 4% qui n’étaient pas d’accord avec eux étaient les personnes les plus sages de toutes lorsqu’il s’agissait de ce sujet. Leurs idées étaient les diamants dans la bouse d’éléphants.

Le MDI n’est pas favorable au foin factuel, et encore moins favorable à la morale bouseuse. Alors que ceux qui croient aux revendications morales marginales et insensées sont généralement confiants sur le fait que ces revendications sont des diamants, le MDI sort sa lampe torche éclatante, renifle de son museau délicat, et la bouse d’éléphant ne subsiste pas longtemps une fois mise à l’épreuve. Mais lorsque le diamant rare entre sur le marché par la marge, plus la lumière qui brille sur lui est importante, plus il devient lumineux. En un demi-siècle, le petit groupe d’activistes assez sage pour voir que les interdictions de mariage interracial étaient néfastes, ridicules et inconstitutionnelles, a crié ses idées impopulaires au MDI, induisant un changement de paradigme qui s’est répandu jusqu’à ce que la transformation de l’esprit ait atteint le centre de la conscience du cerveau américain.

On peut regarder cette histoire sur notre spectre d’idées.

Amorcer un changement de paradigme est comme allumer un feu avec un silex – c’est laborieux, et parfois même impossible. Mais quand l’étincelle prend, elle peut se propager comme un feu de forêt. L’histoire du mariage inter racial aux États-Unis n’est qu’une histoire parmi d’autres sur le pouvoir d’un marché libre des idées. C’est le même pouvoir qui a fait changer d’avis le cerveau américain sur les duels, sur l’esclavage, sur le travail des enfants, sur le suffrage des femmes, sur les monopoles commerciaux, sur la ségrégation – et le même pouvoir qui tente d’élaborer une réflexion sur les droits des animaux, la bioéthique, la vie privée en ligne et plein d’autres trucs, dont beaucoup ressemblent actuellement à de la bouse d’éléphants marginale pour 96% d’entre nous.

Les gens qui ont plaidé pour la cigarette et contre le mariage interracial n’étaient pas, en moyenne, plus mauvais ou plus stupides que les Américains d’aujourd’hui – tout comme les scientifiques médiévaux qui croyaient que le système solaire était géocentrique n’étaient pas moins intelligents que les scientifiques d’aujourd’hui. Comme tout individu, une société grandit au fil du temps en réfléchissant sa propre expérience, en reconsidérant ce qu’elle croit et en travaillant à évoluer pour le mieux. Et comme un individu, cette évolution a lieu dans l’esprit de la société. L’esprit d’une société est son marché d’idées, et plus ce marché est libre, ouvert et actif, plus l’esprit géant est aiguisé et lucide, et plus le rythme de croissance de la société est rapide.

La Boîte Bleue des Réflexions Supplémentaires sur le Leadership


Tout leadership est difficile, mais certains sont plus difficiles que d’autres. Dans les exemples ci-dessus, j’ai laissé de côté la Courbe de Discours et je me suis concentré sur la Piles des Pensées pour plus de simplicité. Mais en réalité, la Courbe de Discours et la Pile des Pensées se déplacent ensemble, chacune étant parfois le leader qui tire l’autre derrière elle. Dans les cas où la Pile de Pensées est le leader, cela signifie que le grand cerveau a tacitement changé d’avis sur quelque chose, par le biais de nombreuses petites conversations – mais personne ne se rend encore compte à quel point un changement radical a eu lieu, de sorte que les gens sont encore trop timides pour dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Ça ressemble à quelque chose comme ça :

Dans un cas comme celui-ci, la Courbe de Discours est « périmée » pendant un certain temps, jusqu’à ce que les personnes suffisamment perspicaces pour voir l’emplacement réel de la Pile des Pensées et suffisamment courageuses pour faire confiance à leur instinct commencent à parler en s’aventurant dans cette zone sur la droite :

Si ces audacieux se trompent sur l’emplacement de la Pile des Pensées, ils se retrouvent souvent en difficulté, pénalisés par le marché. Mais quand ils ont raison, ils sont généreusement récompensés. Ils deviennent des comédiens de stand-up emblématiques, des auteurs de best-sellers, et des politiciens de premier plan. Un exemple qui me vient à l’esprit est celui d’Obama qui se dit genre : « Ouais, j’ai fumé de l’herbe. Fumer de l’herbe, c’est marrant. » L’hypothèse largement répandue à l’époque était que dire quelque chose comme ça ferait couler un politicien (c’est pourquoi quelques cycles électoraux plus tôt, Clinton avait prétendu qu’il n’avait jamais essayé) – mais Obama s’est montré suffisamment malin pour voir que la Pile des Pensées avait changé et que la Courbe de Discours était à la traîne. Et cela s’est avéré être un coup de pouce pour sa popularité.

Dire ce que tout le monde pense mais n’ose pas dire est une forme de leadership. Il officialise un changement de Pile des Pensées qui s’est déjà produit, ouvrant la voie à tout un chacun pour qu’il commence à dire ces choses-là aussi. Quelques orateurs audacieux avec de grandes plateformes suffisent généralement pour que l’ensemble de la Courbe de Discours se déplace et se réaligne sur la Pile des Pensée.

Ensuite, il y a les moments où la Courbe de Discours mène à la Pile de Pensées. C’est lorsque que quelqu’un a le culot d’aller ici :

 

C’est encore plus risqué que de dire quelque chose que vous soupçonnez être déjà dans la Pile des Pensées. Il est certain qu’il se heurtera à une résistance et il y a de fortes chances que l’orateur soit évincé par une Piles de Pensées en colère. Mais si l’orateur est assez bon – et s’il détient une vérité ou une forme de sagesse de son côté – il peut être capable de bouleverser l’opinion des gens et tirer la Pile des Pensées en direction de son point de vue. Changer les esprits est le type de leadership le plus difficile. Cela demande encore plus de courage que le genre « dire ce que tout le monde pense », et si ça marche, c’est encore plus percutant. 

Ces deux types de leadership sont incroyablement importants. Ils sont tous deux l’oeuvre de personnes qui ont les tripes de raisonner à partir de principes fondamentaux et d’agir en fonction de ce raisonnement. Et la plupart des mouvements sont probablement le résultat d’un peu de ces deux formes de leadership. Ainsi, la Pile des Pensées et la Courbe de Discours forment une équipe de choc, chacun prenant les rênes lorsque l’autre est à la traîne, travaillant de concert pour permettre l’évolution du pays.

Le MDI est un marché de l’attention, un marché de la connaissance, et un marché de la sagesse – tous enracinés, comme les marchés économique et politique, dans le compromis fondamental américain liberté-équité : tout le monde a une chance égale de concourir, mais personne n’a forcément la garanti du succès. Tout le monde est libre de se présenter aux élections, de créer une entreprise, d’exprimer ses opinions ou de devenir un activiste, mais pour acquérir réellement du pouvoir, de la richesse, de l’attention et de l’influence, il faut le gagner auprès de ses chers concitoyens sur le terrain de jeu.

Mais les marchés des Jeux de Valeur sont fragiles et ils reposent sur des règles claires. Le statu quo a un instinct de survie farouche, c’est pourquoi les leaders de n’importe quel marché feront face à une résistance – et ce qui importe le plus, c’est le type de résistance. Dans les Jeux de Pouvoir, avec la menace imminente d’emprisonnement ou d’exécution pour avoir dit quelque chose d’impopulaire aux mauvaises personnes, les opposants à la cigarette et les partisans du mariage interracial n’auraient probablement jamais pu prendre la parole. Mais la Constitution modifie les règles du jeu, qui prend exactement la même résistance égoïste et intéressée, transformant l’épreuve des gourdins dévastateurs en une épreuve de critiques inoffensives, la limitant à attaquer la dissidence elle-même, et non le dissident. Ce genre de résistance, plutôt que de réprimer les points de vue marginaux, les met à l’épreuve – constituant un filtre qui fait s’écrouler les impostures et les absurdités, et qui fait s’élever la vérité et la vertu. De la même façon qu’un marché économique libre exploite l’égoïsme humain et l’oriente vers le progrès et l’innovation, un marché libre des idées transforme l’égoïsme en une boussole qui oriente le pays dans la direction de la connaissance et de la sagesse.

Ce qui me ramène à Obama et Clinton et à 2008.

Jonathan Rauch, l’auteur que j’ai mentionné plus tôt, est aussi un activiste homosexuel. Il décrit ce que c’était que d’être gay aux États-Unis en 1960 :7

Les homosexuels américains n’avaient pas le droit de travailler pour le gouvernement ; d’obtenir des autorisations de sécurité ; de servir dans l’armée. Ils ont été arrêtés pour avoir fait l’amour, même dans leur propre maison ; battus et tués dans les rues ; piégés et arrêtés par la police pour le sport ; renvoyés de leur travail. Ils ont été l’objet de plaisanteries, d’humiliations et d’intimidations ; contraints de vivre selon un code de secret et de mensonge, sous peine d’opprobre et de chômage ; chassés par les anticommunistes, les chrétiens et tout politicien ou prédicateur ayant besoin d’un bouc émissaire ; condamnés comme malfaisants par les moralistes et comme malades par les scientifiques ; dépeints comme sinistres et simulateurs par Hollywood ; et peut-être pire encore, rejetés et condamnés, au moment le plus vulnérable de leur vie, par leurs propres parents. L’Amérique était une société imprégnée de haine : en général, c’est vrai, les idées et les suppositions haineuses, pas les gens haineux eux-mêmes, mais la haine quand même. L’hostilité envers l’homosexualité était si omniprésente que peu de gays osaient même tenir la main en public de la personne qu’ils aimaient.

Dans un pays de Jeux de Pouvoir, un sujet comme les droits des homosexuels, considéré comme profondément offensant pour la plupart des gens en 1960, aurait presque certainement été censuré. En censurant tout ce qu’elle considère comme de la bouse d’éléphants, la société censure également ces 4% de sage critique qui sont à l’origine de la majeure partie de la croissance.

Mais aux États-Unis, où la liberté d’expression est une priorité absolue, Rauch raconte comment les choses ont changé :

D’abord par un ou deux, puis par fleuves et finalement par cascades, les gays parlaient. Ils se sont disputés. Ils ont expliqué. Ils se sont montrés. Ils se sont affrontés… Alors que les gays avaient fait un pas en avant, la science libérale s’engageait. Les vieux dogmes anti-gays ont fait l’objet d’un examen critique comme jamais auparavant. « Les homosexuels agressent et impliquent des enfants » ; « les homosexuels ne peuvent pas être heureux » ; « les homosexuels sont en fait hétérosexuels » ; « l’homosexualité est contre nature » : Les canards se sont effondrés à une vitesse étonnante.

Ce qui s’est passé n’était pas seulement un apprentissage empirique, mais aussi un apprentissage moral. Comment peut-il être mauvais d’aimer ? Comment peut-il être noble de mentir ? Comment peut-il être compatissant de rejeter ses propres enfants ? Comment cela peut-il être bon de harceler et de narguer ? Comment peut-il être juste d’harponner sur une injonction biblique alors que tant d’autres sont ignorées ? Comment peut-il être juste de pénaliser ce qui ne cause pas de préjudice notoire ? Les gays demandaient aux hétéros de confronter leurs valeurs à la logique, à la compassion, à la vie. Peu à peu, puis rapidement, la critique a fait son effet. On ne peut pas être homosexuel en Amérique aujourd’hui et douter que l’apprentissage moral est une réalité et que la société ouverte l’encourage.

Il a fallu un certain temps pour y arriver, mais en 2008, le cerveau américain a beaucoup réfléchi à la vérité et à la sagesse concernant l’homosexualité, et il a considérablement changé d’avis sur le sujet.

Mais comme on nous l’a rappelé plus haut, il n’avait pas encore tout à fait changé d’avis sur le mariage homosexuel.

Sentant que la position pro-mariage homosexuel était encore en dessous du niveau politique de la mer, Obama et Clinton ont décidé de se plier aux croyances du statu quo et de jouer la sécurité.

Mais un mouvement de changement de mentalité avait pris feu et la Pile des Pensées nationale était en mouvement. Seulement quatre ans plus tard, on en était là :

Et, par une miraculeuse coïncidence, les points de vue d’Obama et de Clinton sur le mariage homosexuel avaient tous deux évolué : 8

La Cour Suprême avait soudain eu la même révélation fortuite, et en 2015, elle a voté en faveur de la légalisation du mariage homosexuel dans tout le pays.

Alors que la plupart d’entre nous sont occupés à discuter de ce qui est débattu dans la fenêtre d’Overton, le changement d’image global est mené par un deuxième ensemble de batailles qui se déroulent à l’extérieur de la fenêtre – des batailles sur les contours exacts de cette fenêtre. Ou, comme le dit le laboratoire d’idées d’Overton, « la lutte permanente entre les médias et les autres acteurs politiques sur ce qui compte comme un désaccord légitime. » Dans ce deuxième ensemble de batailles, les partisans d’une politique en dehors de la fenêtre d’Overton se battent pour simplement faire entrer leur politique à l’intérieur de la fenêtre – c’est la partie ardue. Ils peuvent alors s’inquiéter de gagner l’inévitable bataille sur cette politique qui s’ensuivra dans la fenêtre. Pendant ce temps, les opposants à cette politique se battront avec acharnement pour la maintenir à l’écart, là où elle est jugée inacceptable même pour être débattue. C’est la meilleure façon d’empêcher que cela n’arrive.3

Si vous vivez dans une démocratie, et que vous n’avez pas assez de recul, vous pourriez voir en vos politiciens des dirigeants du gouvernement et les prendre pour vos leaders. À court terme, bien sûr, ils se bousculent les uns les autres sur les politiques du pays et le dirigent sur la scène internationale. Mais avec un peu de recul, le véritable leader à long terme d’une démocratie est le gigantesque cerveau communautaire du corps des citoyens. Les politiciens se résument à des principes… tant que ces principes se tiennent au sommet de la Pile des Pensées du pays, en toute sécurité à l’intérieur de la fenêtre d’Overton. Mais quand cette Pile des Pensée bouge, comme elle l’a fait sur le sujet du mariage gay entre 2008 et 2012, les politiciens quittent le rafiot et se mettent à nager.

Ce n’est pas une critique des politiciens – être un leader à petite échelle et un suiveur de grande envergure est l’exigence de survie du politicien. Il s’agit simplement un rappel que le changement dans un pays comme les États-Unis commence au bas de l’échelle et se poursuit jusqu’au sommet. Cela commence par des citoyens courageux prêts à dire des choses impopulaires en public. Avec la bonne idée et beaucoup de courage, une seule personne peut mettre le feu à la poudre d’un changement de paradigmes, qui prend tant d’ampleur qu’il fait bouger nos croyances et nos normes culturelles, ce qui fait bouger la fenêtre d’Overton, qui fait bouger les politiques, qui fait bouger les lois.

Chaque fois qu’un citoyen d’une démocratie prend la parole dans une salle de classe ou une mairie, écrit un édito, fait un film, tweet un tweet ou crie quelque chose dans la rue, il envoie une idée dans le grand réseau – ce qui donne une petite impulsion neuronale aux rouages du système dans son ensemble. Chaque citoyen, qu’il le réalise ou non, est un neurone dans l’esprit d’un organisme géant, et ce qu’il fait et dit au cours de sa vie contribue à qui est cet organisme, même si ce n’est qu’un peu.

Mais tout cela ne fonctionne que grâce à la liberté d’expression. Toutes ces Piles des Pensées ne font que suinter le long du Spectre des Idées avec leur propre esprit parce qu’elles sont protégées d’en haut par une grande arche : une Courbe de Discours libre et protégée.

Il est facile de comprendre pourquoi la liberté d’expression est souvent considérée non seulement comme un droit, mais aussi comme le droit fondamental sur lequel reposent tous les autres droits.

La liberté d’expression permet d’allouer la précieuse ressource qu’est l’attention à la manière des Jeux de Valeur, au lieu de l’accorder aux puissants et aux hauts placés selon leur bon vouloir capricieux.

La liberté d’expression donne aux citoyens un moyen de résoudre les conflits avec des mots plutôt que par la violence. Quand les idées peuvent s’affronter, les gens n’ont pas à le faire.

La liberté d’expression donne du pouvoir aux impuissants. Ce n’est jamais facile d’être en minorité dans un pays. Les riches sont protégés et habilités par leur argent, l’élite par leurs relations, la majorité par leur vote. Une population minoritaire est souvent impuissante. Mais la liberté d’expression donne aux impuissants une voix – la capacité de lancer un mouvement de changement de mentalité qui l’emporte sur la majorité et rend le pays meilleur à leur égard.

La liberté d’expression des citoyens individuels est la libre pensée du corps commun des citoyens, et le droit singulier qui permet à des centaines de millions d’esprits de se relier ensemble en un réseau géant qui peut apprendre, grandir et penser comme un tout. La société est guidée par les histoires que nous croyons, et la liberté d’expression laisse la parentalité de ces histoires aux personnes elles-mêmes.

Et c’est pour toutes ces mêmes raisons que les dictateurs des Jeux de Pouvoir s’accrochent si fort à leur bouton mute. Même aujourd’hui, plus de deux siècles après la naissance des États-Unis, près de trois milliards d’êtres humains.9

Mais les dictateurs ne sont pas les seuls à utiliser des boutons mute. Compte tenu de tous les avantages évidents de la liberté d’expression, lorsqu’une culture, un mouvement ou un citoyen semble menacé par la liberté d’expression, la première question que vous devriez poser est la suivante « Pourquoi ? De quoi ont-ils si peur ? » La liberté d’expression est un outil qui nous aide à démêler ce qui est vrai du faux et ce qui est bénéfique ou néfaste – alors si vous croyez que la vérité et la vertu sont de votre côté, un discours vibrant et ouvert est votre meilleur ami. Et si quelqu’un essaie de réprimer la liberté de parole – ça nous en dit long.

Les boutons mute, quels que soient leur formes, devraient déclencher une alarme dans toutes nos têtes, même s’ils semblent parfois passer inaperçus. Quand on ne connaît que la liberté, il est facile d’oublier à quel point elle est précieuse.

___________ 

Dans un monde de Jeux de Pouvoir, les Pères Fondateurs ont construit une sorte de géant différent – un qui n’avait pas besoin d’être contrôlé avec des ficelles et des gourdins parce qu’il pouvait penser par lui-même et prendre ses propres décisions. Un être humain géant.

À la fin des années 1700, quand les États-Unis sont nés, c’était un peu un ovni sur le devant de la scène mondiale. Mais ce nouveau pays a rapidement commencé à prospérer. Ce n’était pas la première fois qu’une société remplaçait un gourdin de fer par une constitution – mais jamais cela n’avait été fait aussi efficacement, à une si grande échelle, dans les temps modernes. Bientôt, des pays dotés d’une constitution, animés par leur propre esprit, ont commencé à surgir partout dans le monde.10

Les fondateurs savaient qu’ils n’avaient pas toutes les réponses. Ils savaient qu’avec le temps, le monde changerait, les citoyens changeraient et des choses imprévisibles se produiraient. Ils ont été assez sages pour savoir que, peu importe leur intelligence, leur pays n’était qu’un premier brouillon – États-Unis 1.0. Les États-Unis étaient un enfant prometteur qui aurait besoin de grandir dans une nation plus parfaite.

Ils ont donc construit une nation fondée sur le doute, et non sur la certitude. Avec un avenir mystérieux et brumeux devant elle, la liberté d’expression donnerait à la nouvelle nation un moyen de comprendre les choses au fur et à mesure : une lampe torche pour aider à voir la vérité, une boussole qui aiderait à la diriger vers la sagesse, et un miroir qui aiderait un enfant orphelin à s’élever.

Mais quand on a affaire à des humains, rien n’est facile.

Sortir l’humain des Jeux de Pouvoir est une chose – sortir les Jeux de Pouvoir de l’humain en est une autre. Les constitutions nées des Lumières mettent le Primitive Mind (l’Esprit Primitif) en cage, mais quelle est la force de ces barreaux ?

Bien que les Jeux de Valeur soient la façon officielle de faire des affaires aux États-Unis, au cœur de chaque citoyen et fonctionnaire américain se trouve un logiciel primitif qui parle une langue plus ancienne – et dans la société américaine, l’ombre d’un gourdin semble parfois se profiler là où il n’y est pas autorisé.

Est-ce que les États-Unis du Siècle des Lumières ont pris vie ? Ou est-ce les Jeux de Pouvoir, portant un costume de Lumières ?

Probablement un peu des deux.

Les États-Unis sont l’histoire de la lutte d’une nation pour la sécurité, pour le pouvoir, pour le progrès, pour la richesse. Mais surtout, c’est l’histoire de la lutte d’une nation contre elle-même.

Ça ressemble un peu à chacun d’entre nous, n’est-ce pas ?

C’est le truc, quand on construit un géant de l’humanité. Vous vous retrouvez avec tout le package, à une échelle géante.

Dans ce post, nous avons appris à connaître le fonctionnement des États-Unis en surface. Mais pour atteindre notre objectif dans cette série – comprendre suffisamment bien les sociétés modernes pour pouvoir trouver des moyens d’améliorer les choses – nous devons aller plus loin. Pour bien comprendre la société, il va falloir en examiner une version miniature.

Vous.


  1. Exception faites des personnes devenant célèbres en disant des choses complètement farfelues – mais dans beaucoup de ces situations, ce qui se passe en réalité, c'est qu'elles disent des choses avec lesquelles beaucoup de gens sont d'accord, mais que peu osent avouer. Des cas comme ceux-là sont des exemples de la règle, et non des exceptions à celle-ci.

  2. Pour les images liées à la politique dans ce post, les couleurs du Spectre des Idées sont aléatoires – elles ne sont pas censées correspondre au rouge et au bleu de la politique américaine de quelque manière que ce soit.

  3. Il y a une citation formidable sur le concept de la fenêtre d'Overton par Anthony Trollope, dans son roman Phineas Finn de 1868 : Nombreux sont ceux qui, auparavant, considéraient la législation sur ce sujet comme chimérique, mais qui aujourd'hui s'imaginent qu'elle n'est que dangereuse, ou peut-être pas beaucoup plus que difficile. Ainsi, avec le temps, elle sera considérée comme l'une des choses possibles, puis comme l'une des choses probables, et elle figurera enfin sur la liste des quelques mesures dont le pays a absolument besoin. C'est ainsi que l'opinion publique est formée.


  1. Citation d’Obama. Citation de Clinton.

  2. Allan M. Brandt, The Cigarette Century: The Rise, Fall, and Deadly Persistence of the Product, p. 97.

  3. Source

  4. Source

  5. Source

  6. Source

  7. Source

  8. Citation d'Obama. Citation de Clinton.

  9. Source de l'image et des données : Freedom House sont toujours privés de la liberté de parole ou d'autres libertés fondamentales des Lumières.

  10. Ce graphique est tiré de cette page du site génial et incontournable de Max Roser, Our World In Data. Consultez la page pour d'autres graphiques intéressants.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *