Comment vaincre la Procrastination

Traduction officielle de « How to Beat Procrastination » du blog Wait But Why de Tim Urban.

Ceci est la partie 2. Vous ne la comprendrez que si vous avez lu la partie 1. Voici la partie 1 .

PDF :  On a fait de cet article un chouette PDF pour les impressions et les consultations hors-ligne. Pour l’acheter, c’est par ici (version en anglais). (Obtenir un aperçu.)

_______________

pro-cras-ti-na-tion | prəˌkrastəˈnāSHən, prō- |

nom commun

le fait de ruiner votre propre vie sans raison apparente

Permettez-moi de commencer en disant que j’en ai eu plus qu’assez de l’ironie de batailler contre une procrastination paralysante tout en essayant d’écrire des articles sur la procrastination et comment la vaincre. J’ai passé les deux dernières semaines à être ce type, qui se tire une balle dans le pied tout en parlant de la sécurité relative aux armes à feu, et j’ai hâte de retrouver la bonne vieille procrastination dénuée d’ironie après cet article.

Quelques notes avant de commencer :

  • Je ne suis pas un professionnel, juste un procrastinateur pure souche qui pense à ce sujet tout le temps. Je me bats encore avec mes propres habitudes, mais j’ai fait des progrès au cours des dernières années. Je présente mes idées sur ce qui a fonctionné en ce qui me concerne.
  • Cet article a été publié tard, non seulement parce qu’il m’a fallu 2 000 ans pour le faire, mais aussi parce que j’ai décidé que lundi soir était un moment urgent pour ouvrir Google Earth, planer à une centaine de mètres au-dessus de la pointe sud de l’Inde puis remonter à coups de molette jusqu’au sommet du pays, pour « mieux comprendre l’Inde ». J’ai des soucis.

Très bien, donc la semaine dernière, nous nous sommes plongés dans la lutte intérieure quotidienne du procrastinateur pour examiner la psychologie sous-jacente qui s’y trame. Cette semaine, puisque nous avons concrètement décidé de nous y atteler, nous allons devoir aller encore plus loin. Commençons par essayer de creuser dans la psychologie du procrastinateur et voyons ce qui se trouve vraiment au cœur de la chose :

Nous connaissons « l’Instant Gratification Monkey » (le Singe de Gratification Instantanée ; la partie de votre cerveau qui nous fait procrastiner) et sa domination sur le « Rational Decision Maker » (Décideur Rationnel), mais qu’en est-il réellement ?

Le procrastinateur a la mauvaise habitude, à la limite de la dépendance, de laisser le singe gagner. Il continue d’avoir l’intention de contrôler le singe, mais il déploie des efforts infructueux , utilisant les mêmes méthodes qu’il a utilisées pendant des années sans succès, et au fond, il sait que le singe va gagner. Il jure de changer, mais les schémas restent les mêmes. Pourquoi une personne, par ailleurs compétente, déploierait-elle encore et encore des efforts aussi futiles ?

La réponse est qu’il a une confiance incroyablement faible en ce qui concerne cette partie de sa vie, se permettant d’être asservi par une prophétie auto-destructrice et auto-réalisatrice. Appelons cette prophétie auto-réalisatrice son Histoire. L’Histoire du procrastinateur ressemble à ceci :

Pour les choses que je dois faire dans ma vie, je vais finir par attendre jusqu’à la dernière minute, paniquer, puis faire moins bien que ce dont je suis capable ou tout arrêter et ne rien faire du tout. Pour les choses que je veux faire dans ma vie, soyons honnêtes – je vais commencer quelque chose, pour finalement abandonner et sûrement ne jamais y revenir.

Les problèmes du procrastinateur sont profonds, et il lui faut plus que « être plus discipliné » ou « changer ses mauvaises habitudes » pour qu’il change sa manière de fonctionner – la racine du problème est ancrée dans son Histoire. C’est son Histoire qui doit changer.

___________

Avant de voir comment change une Histoire, examinons, concrètement, ce que le procrastinateur veut devenir. A quoi ressemblent les bonnes habitudes, et à quel moment le procrastinateur rencontrera-t-il des problèmes ?

Pour réussir à faire des choses de manière saine et efficace, il y a deux éléments – la planification et l’action. Commençons par le plus facile :

La Planification

Les procrastinateurs adorent planifier, tout simplement parce que la planification n’implique pas l’action, et l’action est la Kryptonite des procrastinateurs.

Mais lorsque les procrastinateurs planifient, ils aiment le faire vaguement, sans trop se préoccuper des détails ou de la réalité, et leur planification les laisse parfaitement préparés à ne rien accomplir du tout. La session de planification d’un procrastinateur lègue à celui qui veut passer à l’action un véritable cauchemar :

Une longue liste de tâches et d’engagements aussi intimidants que délicats.

Une longue liste de choses vagues et intimidantes fait rire l’Instant Gratification Monkey. Quand vous faites une telle liste, le singe dit, « Oh parfait, c’est facile ». Même si votre conscience, crédule, croit qu’elle compte accomplir les tâches de cette liste de manière efficace, le singe sait que dans votre subconscient, vous n’en avez nullement l’intention.

En revanche, la planification efficace vous prépare au succès. Son but est de faire l’inverse de tout ce qui se trouve dans cette phrase :

Une planification efficace sélectionne un gagnant dans une liste exhaustive :

On peut avoir une longue liste dans les premières étapes de la planification, mais la planification doit se terminer par une définition rigoureuse des priorités et l’émergence d’un item réalisable – l’item que vous définirez comme votre priorité numéro une. Et cet item doit être celui qui compte le plus pour vous – l’item qui est le plus important pour votre bonheur. Si des items urgents sont impliqués, ils devront passer en premier et être enchainés aussi vite que possible dans le but de faire de la place aux points importants (les procrastinateurs adorent utiliser les points futiles mais urgents comme excuses pour reporter à l’infini les points importants).

Une planification efficace transforme un item dégueu en un item réglo :

On sait tous ce qu’est un item dégueu. Un item dégueu est vague et obscur, et vous ne savez pas vraiment par quel bout le prendre, comment vous y prendre, ou à quel endroit vous pourriez trouver des réponses à ce sujet.

Donc imaginons que votre rêve est de créer votre propre appli, et vous savez que si vous faites une appli qui a du succès, vous pourrez quitter votre boulot et devenir développeur à plein temps. Vous pensez aussi que savoir programmer est le b.a.-ba du XXIème siècle, et que de toutes façons, vous n’avez pas d’argent à dépenser pour envisager de la sous-traitance, donc vous décidez de désigner « Apprendre à coder » l’item gagnant  de votre liste – la priorité numéro une. Excitant, pas vrai ?

Eh bien, non. Car « Apprendre à coder » est un point absolument dégueu – et à chaque fois que vous déciderez qu’il est temps de s’y mettre, vous déciderez également que, comme par hasard, votre boîte mail a besoin d’être nettoyée, et le sol de votre cuisine a besoin d’un bon coup de serpillière, le plus vite possible. Finalement, ça n’arrivera jamais.

Pour le sublimer en un item réglo, vous devez lire, faire des recherches, et poser des questions pour découvrir exactement comment on apprend à coder, les moyens et la durée nécessaires pour chaque étape du parcours. Transformer un item dégueu en item réglo revient à le faire passer de ceci :

À ça :

Une planification efficace transforme un point décourageant en une série de petites tâches claires et gérables :

Mélangez dégueu à décourageant et vous obtiendrez une potion aux stéroïdes pour l’Instant Gratification Monkey. Et ce n’est pas parce que vous rendez un item réglo qu’il ne sera pas horriblement gros et intimidant. La clé pour qu’un point décourageant devienne accessible réside dans l’intégration de ceci :

Un accomplissement remarquable et glorieux ressemble à une longue succession d’accomplissements ni glorieux, ni remarquables, mais vu de loin.

Personne ne « construit une maison ». On pose une brique encore et encore et encore et le résultat final est une maison. Les procrastinateurs sont de grand visionnaires – ils adorent fantasmer sur le magnifique manoir qu’ils auront un jour construit – mais ce dont ils ont besoin, c’est d’être des ouvriers couverts de poussière, qui posent méthodiquement une brique après l’autre, jour après jour, sans relâche, jusqu’à ce qu’une maison soit construite.

Presque tous les gros projets peuvent être réduits à une unité de progrès essentielle – leur briques. Se rendre 45 minutes à la salle de sport est la brique pour être en super forme. Une session d’entraînement de 30 minutes est la brique pour devenir un formidable guitariste.

 

La journée moyenne d’une personne aspirant à devenir auteur et celle d’un vrai auteur se ressemblent énormément. Le vrai auteur écrit deux ou trois pages, posant une brique, et l’aspirant auteur n’écrit rien. En dehors de ça, 98% de leur journée est identique. Mais un an plus tard, le vrai auteur a fini le premier jet d’un livre entier, et l’aspirant auteur… rien du tout.

Tout est question de briques.

Et la bonne nouvelle, c’est que poser des briques n’est pas décourageant. Mais les briques requièrent de l’organisation. Donc l’étape finale de la Planification est de faire un Emploi du Temps Briquesque, qui permet de glisser des briques dans le calendrier. Les évènements briquesques ne sont ni négociables, ni révocables – après tout, c’est votre priorité numéro un et c’est ce qui compte le plus pour vous, pas vrai ? Le plus important, c’est votre premier rendez-vous avec cette brique. Vous ne pouvez pas commencer à apprendre à coder « en Novembre ». Mais vous pouvez commencer à coder le 21 Novembre de 18h à 19h.

Ça y est, vous êtes prêts – plus qu’à suivre l’emploi du temps et vous serez un programmeur. La seule chose à faire maintenant, c’est d’agir

Faire

Ce n’est pas que les procrastinateurs n’aiment pas le concept d’agir. Ils regardent les briques dans leur calendrier et se disent, « Génial, ça va être amusant ». Parce que quand ils s’imaginent ce moment dans le futur, quand ils s’assiéront pour se faire une session de travail, ils imaginent les choses sans la présence de l’Instant Gratification Monkey. Pour les procrastinateurs, l’anticipation des scénarios futurs semble ne jamais inclure le singe.

Mais quand arrive le moment, pourtant prévu, de commencer à poser des briques, le procrastinateur fait ce que le procrastinateur fait de mieux – il laisse le singe prendre le contrôle et tout ruiner.

Et puisque nous avons insisté plus haut sur le fait que chaque accomplissement se réduit à la capacité à poser une brique pendant le laps de temps prévu à cet effet, il semblerait que nous ayons isolé le cœur du problème. Examinons ce défi spécifique de la pose d’une seule brique :

Ce diagramme représente donc le défi à relever à chaque fois que vous entreprenez une tâche, qu’il s’agisse de créer un PowerPoint pour le travail, de faire du jogging, de travailler sur un script ou de tout ce que vous faites dans votre vie. L’Entrée Cruciale est l’endroit où vous allez officiellement commencer à travailler sur la tâche, la Forêt Sombre est le processus de faire réellement le travail, et une fois que vous avez terminé, vous êtes récompensé en vous retrouvant dans le Terrain de Jeu du Bonheur – un endroit où vous vous sentez satisfait et où les loisirs sont agréables et gratifiants parce que vous avez fait quelque chose de dur. Parfois, vous vous retrouvez même super-engagé dans ce sur quoi vous travaillez et entrez dans un état de « Flow », où vous êtes si bien immergé dans la tâche que vous perdez la notion du temps.

Ces chemins ressemblent à ceci :

Ca a l’air plutôt simple, non?

Eh bien malheureusement, pour les procrastinateurs, ça ne l’est pas, car ils ont tendance à louper à la fois le Terrain de Jeu du Bonheur et le Flow.

Par exemple, voici un procrastinateur qui ne commence jamais la tâche qu’il est censé faire, car il ne passe jamais par l’Entrée Cruciale. Au lieu de ça, il passe des heures à se vautrer dans Le Terrain de Jeu Obscur, et il se déteste :

Voici une procrastinatrice qui commence sa tâche, mais qui n’arrive pas à rester concentrée et qui continue de faire de longues pauses pour jouer sur Internet et se faire à manger. Elle ne termine pas la tâche :

Voici un procrastinateur qui n’a pas réussi à s’y mettre, malgré une date limite relativement proche, et il a passé des heures dans le Terrain de Jeu Sombre, sachant que la date limite approchait à grands pas et que le fait de ne pas commencer à travailler ne faisait que lui compliquer la vie. Finalement, la date limite devint si proche, que le « Panic Monster » (Monstre Panique) fit soudain irruption dans la pièce, en lui foutant la pétoche et le poussant à bâcler la tâche à toute vitesse pour finir dans les temps.

Après avoir terminé, son moral est satisfaisant parce qu’il a accompli quelque chose, mais il n’est pas non plus si content que ça car il sait qu’il a fait un travail décevant sur son projet parce qu’il a tellement dû se précipiter, et il a l’impression d’avoir perdu la majeure partie de sa journée à procrastiner sans raison. Cela le fait atterrir dans le Parc des Sentiments Partagés.

Donc, si vous êtes un procrastinateur, regardons ce que vous devez faire pour vous mettre sur la bonne voie, celle qui vous rendra beaucoup plus heureux.

La première chose que vous devez faire est de passer l’Entrée Cruciale. Cela signifie arrêter tout ce que vous êtes en train de faire au moment de se mettre à la tâche, éliminer toutes les distractions et commencer. Cela semble simple, mais c’est la partie la plus difficile. C’est là que l’Instant Gratification Monkey oppose sa plus féroce résistance :

Le singe déteste plus que tout arrêter quelque chose d’amusant pour commencer quelque chose de difficile, et c’est là que vous devez être le plus fort. Si vous pouvez vous y mettre et forcer le singe à aller dans la Forêt Sombre, vous avez brisé un peu de sa volonté.

Bien sûr, il n’abandonnera pas de sitôt.

La Forêt Sombre est l’endroit où vous vous trouvez lorsque vous travaillez. Ce n’est pas un endroit amusant, et c’est un lieu que l’Instant Gratification Monkey méprise. Pour rendre les choses plus difficiles, la Forêt Sombre est entourée par le Terrain de Jeu Obscur, l’un des endroits préférés du singe, et comme il peut voir à quel point il est proche, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour quitter la Forêt Sombre.

Il y aura aussi des moments où vous tomberez sur un arbre – peut-être que votre jogging vous mènera au pied d’une rue en montée, peut-être que vous devrez utiliser une formule Excel que vous ne connaissez pas, peut-être que la chanson que vous écrirez ne sonnera pas exactement comme vous le pensiez – et c’est à ce moment que le singe osera sa plus audacieuse tentative d’évasion.

Ça n’a aucun sens de quitter la Forêt Sombre pour aller dans le Terrain de Jeu Obscur – tous les deux baignent dans l’obscurité. C’est nul d’être dans l’un comme dans l’autre, mais la grosse différence, c’est que la Forêt Sombre mène au bonheur, tandis que le Terrain de Jeu Obscur ne mène qu’à plus de misère. Mais l’Instant Gratification Monkey n’a rien de logique, et pour lui, le Terrain de Jeu Sombre semble beaucoup plus amusant.

La bonne nouvelle, c’est que si vous arrivez à avancer suffisamment dans la Forêt Sombre, il se passe quelque chose de rigolo. Faire des progrès sur une tâche procure des sentiments positifs d’accomplissement et augmente l’estime de soi. Le singe puise sa force dans la faible estime de soi, et lorsque vous recevez une charge de satisfaction personnelle, le singe découvre sur son chemin une Banane de Haute Estime de Soi. Elle ne suffit pas à supprimer sa résistance totalement, mais elle permet de le distraire pendant un bon moment, et vous verrez que votre envie de procrastiner aura diminué.

Puis, si vous continuez votre chemin, il se passe quelque chose de magique. Une fois que vous avez avancé jusqu’aux 2/3 ou aux 3/4 de votre tâche, et surtout si ça se passe bien, vous commencez à vous sentir super bien et soudain, vous avez presque fini. Il s’agit là d’un point critique –

Le Point Critique est important car il n’y a pas que vous qui pouvez sentir le Terrain de Jeu du Bonheur qui se trouve un peu plus loin – le singe peut le sentir aussi. Le Singe s’en fiche que sa Gratification Instantanée vous soit favorable ou non ; tout ce qu’il aime, ce sont les choses qui sont faciles et amusantes. Lorsque vous avez atteint le Point Critique, le singe devient plus intéressé par le Terrain de Jeu du Bonheur que par le Terrain de Jeu Obscur. Quand ça arrive, vous perdez toute envie de procrastiner et le singe et vous-même foncez vers la ligne d’arrivée.

À peine le temps de vous en rendre compte, vous avez fini, et vous êtes dans le Terrain de Jeu du Bonheur. Maintenant et pour la première fois depuis longtemps, le singe et vous formez une équipe. Vous voulez tous les deux vous amuser, et c’est super parce que c’est mérité. Lorsque le singe et vous êtes dans la même équipe, vous êtes quasiment toujours heureux.

L’autre chose qui peut arriver quand vous passez le Point Critique, selon le type de tâche et si ça se passe bien ou non, c’est que votre travail vous fasse vous sentir incroyablement bien, tellement bien que continuer à travailler a l’air largement plus amusant que de s’arrêter pour faire des activités de loisir. Désormais, la tâche vous obsède et vous n’avez envie de faire rien d’autre, pas même regarder l’heure ou manger – c’est ce que l’on appelle le Flow. Le Flow est un sentiment divin pendant lequel on accomplit souvent de grandes choses.

Le singe est aussi addict à cet état divin que vous, et vous deux formez à nouveau une équipe.

Batailler jusqu’au Point Critique est difficile, mais ce qui rend la procrastination tellement dure à vaincre est que l’Instant Gratification Monkey a une mémoire à court terme terriblement mauvaise. Même si le lundi est un franc succès, lorsque vous commencerez une tâche le mardi, le singe aura déjà tout oublié et il fera à nouveau preuve de résistance quand il s’agira de s’aventurer dans la Forêt Sombre.

Voilà pourquoi la régularité est un composant essentiel du succès. Poser chaque brique créé une lutte intérieure – et finalement, votre capacité à gagner cette lutte et poser brique après brique, jour après jour, est l’essence même du combat du procrastinateur qui souhaite contrôler son propre monde.

Voilà ce qui doit se passer – mais si le problème de la procrastination pouvait être résolu en lisant un article de blog, ça ne serait pas un problème si grave dans la vie de nombreuses personnes. Il n’y a qu’une seule façon de vraiment vaincre la procrastination :

Vous devez vous prouver à vous-même que vous en êtes capable.

Vous devez vous le prouver en le faisant, pas en vous le disant. Les choses changeront quand vous verrez qu’elles le peuvent. En attendant, vous n’y croirez pas, et rien ne changera. Imaginez que vous êtes un joueur de basket qui rate plusieurs paniers. Pour les joueurs de basket, tout se joue sur la confiance, et un joueur qui traverse une mauvaise période aura beau se dire 1 000 fois « Je suis un super bon tireur, je vais marquer le prochain panier », ce n’est que lorsqu’il marquera physiquement un panier que sa confiance augmentera et que son toucher reviendra.

Du coup, comment commence-t-on à marquer des paniers ?

1)    Essayez d’accepter que tout ce que vous faites est un choix.

Commencez par penser aux termes que l’on a utilisé dans ces articles, et s’ils vous parlent, écrivez-les. Une des raisons pour lesquelles j’ai assigné tant de termes à des sentiments ou des phénomènes – l’Instant Gratification Monkey, le Rational Decision Maker, le Panic Monster, le Terrain de Jeu Obscur, dégueu/réglo, les briques, l’Entrée Cruciale, la Forêt Sombre, le Point Critique, le Terrain de Jeu du Bonheur, le Flow, votre Histoire – est que les termes aident à rendre plus claire la réalité des choix que vous faites. Ça aide à repérer les mauvais choix et à mettre en exergue les moments où c’est le plus important d’en faire des bons.

2)    Créez des méthodes qui vous aident à vaincre le singe.

Quelques méthodes possibles :

  • Solliciter de l’aide extérieure en parlant de votre objectif à un ou plusieurs amis ou membres de la famille et leur demander de veiller à ce que vous mainteniez vos engagements. Si c’est dur pour une raison ou pour une autre, envoyez-le-moi – je ne suis qu’un étranger pour vous (contact@waitbutwhy.com) – et rien que d’écrire un objectif et l’envoyer à une personne réelle peut aider à le rendre plus concret. (Certains experts défendent l’idée que parler d’un objectif aux gens qui sont dans votre vie peut être contre productif, donc ça dépend de votre situation).
  • S’il n’y a pas de Panic Monster en place, créez-en un – si vous essayez de finir un album, programmez une représentation pour dans quelques mois, réservez une salle, et envoyez des invitations à des gens.

  • Si vous essayez d’écrire un blog consistant, mettez « New post every Tuesday » (Nouvel article chaque mardi) en haut de la page…

  • Laissez-vous des post-it qui vous rappellent de faire les bons choix.
  • Mettez une alarme pour vous faire penser à commencer une tâche, ou pour vous rappeler les enjeux.
  • Minimisez les distractions coûte que coûte. Si la télé est un gros problème, vendez votre télé. Si Internet est un gros problème, trouvez-vous un deuxième ordinateur pour le travail et dont la fonction Wi-fi est désactivée. Passez votre téléphone en mode avion pendant les sessions de travail.

  • Contraignez-vous à quelque chose – faites un paiement non-remboursable pour des leçons ou un abonnement.

Et si les méthodes que vous avez mis en place ne fonctionnent pas, changez-les. Mettez un rappel pour dans un mois qui dit « Les choses vont mieux ? Si non, changer de méthodes ».

3)    Visez des progrès lents et constants – les Histoires se réécrivent une page après l’autre.

De la même façon que les grands accomplissements se font de briques banales en briques banales, une habitude profondément ancrée comme la procrastination ne change pas d’un coup, elle change une amélioration modeste à la fois. Souvenez-vous, il s’agit surtout de vous prouver à vous-même que vous pouvez le faire. La clé ce n’est pas d’être parfait, mais simplement de s’améliorer. L’auteur qui écrit une page par jour a écrit un livre au bout d’un an. Le procrastinateur qui devient légèrement meilleur chaque semaine est, au bout d’un an, une personne totalement différente.

Donc ne pensez pas à aller de A à Z – commencez par aller de A à B. Remplacez l’Histoire « Je procrastine à chaque tâche difficile » par « Une fois par semaine, je fais une tâche difficile sans procrastiner ». Si vous pouvez faire ça, vous avez créé une tendance. Je suis toujours un misérable procrastinateur, mais je suis largement meilleur que l’année dernière, donc je suis optimiste pour le futur.

Pourquoi est-ce que je pense tant à ce sujet, et pourquoi est-ce que je viens de lui consacrer un article de blog long de 3 500 mots ?

Parce que vaincre la procrastination est la même chose que prendre le contrôle de sa vie. Tellement de ce qui rend les gens heureux ou malheureux  – leur niveau d’épanouissement et de satisfaction, leur estime personnelle, leurs regrets, le temps libre qu’ils peuvent dédier à leurs relations – est sévèrement impacté par la procrastination. Donc ça vaut le coup d’être pris au sérieux, et le moment pour commencer à s’améliorer, c’est maintenant.

____________

Tandis qu’ils vous ruinent la vie, vous pouvez aussi bien leur faire un câlin :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *